SUISSE : Sommet Biden-Poutine – Le retour des «lignes rouges» lors d’une rencontre sans surprise

Trois heures et demie d'échanges, une rapide poignée de main, des conférences de presse séparées, le sommet Biden Poutine s'est déroulé comme prévue, ce mercredi 16 juin, sur les bords du lac léman à Genève. Les échanges ont été « constructifs », assurent les présidents américain et russe. Concrètement les deux dirigeants se sont mis d'accord pour un retour à leur poste de leurs ambasssadeurs respectifs, mais de nombreuses questions restent en suspens.

25
VUES
-821
PARTAGES

LIRE AUSSI

Lignes rouges

Ensuite sur le fond, il y a les fameuses lignes rouges. Joe Biden l’a répété hier, les droits de l’homme, ils seront toujours sur la table entre les États-Unis et la Russie. Concernant la souveraineté américaine, si les Russes tentent à nouveau de déstabiliser nos élections, Poutine sait que « je prendrai des mesures », dit Biden. Et les cyberattaques : si elles continuent, « nous riposterons ».

En résumé, la Maison Blanche revient à la normale. À un positionnement clair vis-à-vis de la Russie. Ce n’est pas pour autant synonyme de résultats. On a bien vu, hier, que Vladimir Poutine restait droit dans ses bottes, que ce soit à propos de Navalny ou de sa politique étrangère. Mais les ambassadeurs reviennent et le dialogue reprend d’égal à égal. On a fermé la parenthèse Trump.

Le presse russe salue l’atmosphère positive et amicale

Ce matin, la presse russe salue l’atmosphère positive et amicale de cette première rencontre entre les deux hommes, dit notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot. Deux points sont mis en avant par les journaux russes : le retour des ambassadeurs à leurs postes respectifs et l’annonce de négociations sur le contrôle des armes nucléaries. Le quotidien Vedomosti souligne d’ailleurs l’une des phrases issues du communiqué commun publié sur le site du Kremlin : « Aujourd’hui nous réaffirmons le principe selon lequel il ne peut y avoir de vainqueur d’une guerre nucléaire ». Cette formule, relève Vedomosti, avait déjà été utilisée en 1985 à l’issue du sommet de Genève entre Ronald Reagan et Mikhael Gorbatchev.

Mikhael Gorbatchev qui a lui-même été interrogé hier soir par l’agence Interfax et qui a estimé « encourageants » les résultats de ce sommet. « Ces entretiens sont un premier pas vers la stabilité stratégique » a ainsi déclaré l’ancien dirigeant soviétique. Ce dialogue, ces consultations sur le contrôle des armes débutera prochainement donc, mais aucune date n’a été fixée. Quand au retour des ambassadeurs, il devrait se faire d’ici à la fin du mois selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Ryabkov interrogé par les agences russes.

En résumé, la tonalité à Moscou est plutôt positive, mais sans grand enthousiasme. « Nous revenons cinq ans en arrière, lorsque le parti démocrate américain a décidé d’imputer à la Russie sa défaite humiliante face à Trump », écrit le quotidien populaire Moskovski Komsomolets, « nous avons perdu cinq ans, conlut le journal, mais l’important est que nous mettions fin à cette spirale négative entre nous et les Américains ».

Source : rfi.fr

Janvier Mama NJIKAM

Janvier Mama NJIKAM

Journaliste -Directeur de publication -Consultant en communication -Président de l'Union des Éditeurs de Presse en Ligne du Cameroun (UEPLC) -Secrétaire Général de l'Union Internationale de la Presse Francophone - Section Cameroun (UPF - Cameroun)

Dans la même Catégorie

Article Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAMEROON MOBILE 2020

Le Cameroun célèbre les 20ans de la téléphonie mobile

CNPS: Vous ne serez jamais seul !

ARTICLES ARCHIVES

Currently Playing

COUPE DU MONDE DE FOOTBALL 2022